Le Livre Dans La Culture Du Fouta Djalon

16 October 2017

Alfa Mamadou Lélouma

Sanakou, No 77, 29 mai – pp. 11-12

Alors que Conakry était capitale mondiale du livre le mois dernier, nous souhaitons donner un aperçu du livre dans l’histoire culturelle du Fouta Djalon depuis le XVIIIe siècle.

Au commencement était le Livre

Couverture un cuir d'un Coran - début du XIXe siècle
Crédit : Fonds El Hadj Alpha Mamadou Diallo Lélouma
Couverture un cuir d'un Coran - début du XIXe siècle Crédit : Fonds El Hadj Alpha Mamadou Diallo Lélouma

Le projet politique des fondateurs du régime reposait sur la diffusion du savoir islamique. Or cette dernière impliquait le recours à l’écrit – ne serait-ce que pour l’apprentissage et l’enseignement du Coran. Les livres furent l’une des ressources mises à disposition de cette ambition.

En 1851, Thierno Sadou Dalen rappelait le contexte de naissance du Fouta Djalon dans ces termes : « Dieu, Le Très Haut, a fait naître sur cette terre nos grands saints et nos savants actifs (…) ils se sont mis sérieusement à l’œuvre (…). Ils ont dissipé les ténèbres de l’injustice et de l’hérésie, si bien que (…) notre terre a été illuminée par la religion » (Sur la discorde entre les deux clans du Fouta)

A sa prise de fonction, l’almami du Fouta Djalon et ses sujets se voyaient rappeler que l’ordre politique reposait pour partie sur un livre : le Coran. « Voici l’Almami remplaçant. Nous lui confions la Religion, les pauvres, les croyants (…). (…) Tout individu victime d’une injustice peut venir librement porter plainte (…) Que justice lui soit rendue selon le Livre. Que tous suivent la Religion selon le Livre ».

Par ailleurs, les livres étaient omniprésents dans la vie quotidienne des élites politiques et religieuses de la confédération théocratique du Fouta Djalon.

Un bien rare et précieux

Les livres supposaient un approvisionnement régulier en papier, bien importé d’Europe ou d’Afrique du Nord. En 1794, alors qu’il se trouve à Timbo – capitale politique de la confédération du Fouta Djalon, le voyageur britannique James Watt note que la demande de papier est importante – à condition que le papier soit de la meilleure qualité. Cette remarque atteste de l’existence d’un marché stimulé par des consommateurs avertis et exigeants.

Cependant, au-delà des cercles dirigeants, le papier reste un bien rare. Ainsi, lorsque Thierno Mamadou Samba Mombéya adresse en 1825 un exemplaire de son ouvrage de fiqh (droit) Ogirde Malal à Thierno Sadou Dalen, le « livre » consiste en 16 tablettes de bois (alluuje). Toutefois, bien que le support ait pu varier selon les ressources de ses usagers, en tant que vecteur du savoir islamique, le livre a bénéficié d’une attention continue de la part des autorités du Fouta Djalon.

Le réceptacle des valeurs de piété et d’humilité

Feuillet d'un Coran - début du XIXe siècle
Crédit : Fonds El Hadj Alpha Mamadou Diallo Lélouma

Feuillet d'un Coran - début du XIXe siècle Crédit : Fonds El Hadj Alpha Mamadou Diallo Lélouma

La production d’un livre nécessitait trois corps de métiers : le lettré, pour rédiger l’ouvrage ou garantir l’exactitude de la version de référence ; le copiste, dont les qualités de calligraphie sont précieuses et enfin le cordonnier, pour la confection des couvertures en cuir. Cette activité impliquait donc l’emploi d’une main d’œuvre qualifiée rémunérée par de généreux clients. De fait, il fallait plusieurs mois d’un travail rigoureux et méticuleux pour réaliser un chef d’œuvre.

Ainsi, selon Thierno Diallo « le prix d’un Coran calligraphié était variable selon la beauté de l’écriture, du papier et de l’étui en cuir (nharo) selon la qualité de l’acheteur : un chef ou un marabout ne discutaient pas le prix d’un livre, surtout s’il s’agit d’un Coran, c’était une question d’honneur et enfin selon les lieux, le prix variait d’une région à une autre, ici il était de 12 bœufs, là : 25 ou 30. Quel que fût le prix, le calligraphe obtenait (…) la bénédiction d’avoir recopié le livre d’Allah » (Fii Laamu Alsilamaku)

On voit donc comment, mus par le même idéal, l’artisan et le client s’entendaient moins sur la valeur marchande de l’ouvrage que sur sa valeur d’usage – et la rétribution spirituelle escomptée du respect des commandements divins.

Usages des livres

Les lettrés accordaient une plus grande importance au contenu des livres qu’à leur ornementation. Certains mécènes valorisaient quant à eux la dimension esthétique des manuscrits. Pour répondre aux besoins de la clientèle, les ateliers de production de livres se spécialisèrent. Ainsi, à titre d’exemple, Kolladhe (diwal de Kolladhe) produisait pour les karamoko alors que les lanbhe s’approvisionnaient auprès de Labe Deppere (diwal de Labé).

Les livres devinrent les symboles du savoir – et du statut privilégié que sa possession offrait dans le Fouta Djalon. Comme le soulignait El Hadj Thierno Abdourahmane Bah, le port d’ouvrages en bandoulière devint un attribut du lettré en voyage : « Ndar mawdho mo Fuuta (…) Dolokal mun e leppi e deftere mun/faleteende e tuggorgal balewal, Si ko jon gandal alluuje falaadhe/ e defte wadhaadhe e nder sasawal » (Vois un vieux du Fouta (…) Avec son grand boubou de cotonnade, son Coran/en bandoulière et sa longue canne noire, S’il s’agit d’un lettré avec des planchettes en bandoulière/Et des livres dans le lourd sac en peau » (Fuuta hettii bhuttu).

Un important patrimoine à promouvoir

Ce rapide survol historique fournit un aperçu de la place centrale occupée par le livre dans notre culture. Le Fouta Djalon compte des chefs d’œuvre méconnus dont la conservation et l’étude sont bénéfiques à plus d’un titre. En effet, ils révèlent l’excellence intellectuelle et spirituelle d’un âge d’or de notre pays.

Qu’il s’agisse de la beauté de la poésie (en arabe ou en pular), de la richesse du contenu de certaines œuvres, du génie créatif des artisans impliqués dans la réalisation des livres ou encore des détails biographiques sur nos ancêtres, les manuscrits sont des mines d’information recélant une partie de notre identité.

Cependant, alors qu’ils constituent un important élément du patrimoine de notre pays, peu d’attention a été porté à leur préservation et à l’étude de leur contenu. On ne peut donc qu’encourager des initiatives comme le blog « les écrits islamiques du Fouta » https://lesecritsislamiquesdufouta.wordpress.com créé par El Hadj Boubacar Bah. En collectant des œuvres écrites et en les publiant sur internet, il suscite la curiosité et offre un contenu difficile d’accès au plus grand nombre. Qu’il en soit remercié ! Yo Allah yobbu !

 

  • Comments: No comments

Comments

Leave a comment

Comments from unregistered users are moderated. Please register to see your comment immediately.

  • Please answer the security question below:
  • Remember my personal information
  • Notify me of follow-up comments?