L’équipe

Saarah Jappie, Susana Molins Lliteras and Shamil Jeppie in Timbuktu Saarah Jappie, Susana Molins Lliteras and Shamil Jeppie in Timbuktu

 Shamil Jeppie est le directeur du projet. Détenteur d’un doctorat de l’université de Princeton et professeur des Etudes Historiques à l’Université du Cap, il a travaillé sur divers aspects de l’histoire sociale du Cap et de Durban en l’Afrique du Sud et du Soudan du 19ème siècle. Il a également mis sur pied ce projet de recherches pour lequel il étudie la formation d’une culture de la collection à Tombouctou. Il est le directeur de HUMA (Institute for the Humanities in Africa), et membre du Comité Scientifique de CODESRIA. Il occupe aussi différentes fonctions dans plusieurs comités impliqués dans le développement des sciences humaines, de l’histoire et du patrimoine en Afrique et au sud planétaire.

Susana Molins Lliteras  est chercheure postdoctoral en études historiques à l'UCT.  Elledétient un doctorat en histoire de la même institution, pour une thèse intitulée «L'Afrique commence dans les Pyrénées:» Le Fondo Kati, entre al-Andalus et Tombouctou,» qui présente une biographie de l'archive Fondo Kati, une collection familiale privée de manuscrits à Tombouctou et ses liens avec al-Andalus. Elle a également obtenu un MPhil en Études Africaines de l'UCT, pour une recherche sur la présence de la tariqa Tijaniyya de l’Afrique de l'Ouest au Cap. En 2005, elle a rejoint le Projet Manuscrits de Tombouctou, et a été une partie intégrale des événements et travail du projet depuis cette époque.

Hassen Muhammed Kawoa obtenu un baccalauréat en langue arabe de la faculté d'éducation de Zanzibar, en Tanzanie et est titulaire d'un master en philologie arabe de l'Université d'Addis-Abeba (2008).  Il est devenu associé au projet en 2009, partageant ses connaissances sur la culture manuscrite éthiopienne et l'histoire du livre de la region. Hassen travaille actuellement comme chargé de cours Arabes à la Faculté d’ Humanités, Études Linguistiques, Journalisme et Communication à l’Université d’Addis-Abeba.  Au même temps, il est doctorant en histoire à l'Université du Cap, recherchant la réalisation d'une culture islamique de écriture, lecture et collection en Ethiopie.

Ebrahiem Moos a passé cinq ans à l’Institut Al-Fath de Syrie, et a obtenu son diplôme de fin d’études à l’université d’Al-Azhar du Caire. Ayantrejoint l’équipe du projet en 2006, il a travaillé sur des manuscrits liés au Soufisme. Il a reçu son master en études historiques de UCT en 2011, concentrant ses recherches sur le rôle des miracles dans une œuvre du célèbre Sidi Mukhtar al-Kunti (mort en 1811).  Il enseigne actuellement arabe à UCT et au Collège International de la Paix de l'Afrique du Sud (IPSA). Ses travaux de recherche au sein du projet se concentrent sur des traductions des textes et manuscrits de la région.

Mauro Nobilia obtenu son doctorat d’études africaines à l'Université de Naples «L'Orientale» en 2008. Il a travaillé pour la Série Catalogorum, pour laquelle il a produit un catalogue de grande envergure de la collection De Gironcourt des manuscrits arabes de l'Afrique de l’Ouest publié en 2013.  Il a passé deux années remarquables comme post-doctorant à l'Université du Cap et comme chercheur du projet, se concentrant sur les styles d'écriture arabe illustrés par des manuscrits de l’Afrique de l'Ouest.  Mauro a pris le poste de professeur adjoint au Département d'histoire de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign (USA) en Septembre 2014. Il est, cependant, encore relié au projet en qualité de chercheur associé.

Shabnam Parkerest étudiante de cycle supérieur en anthropologie à l'Université du Cap et  a rejoint le projet comme assistant de recherche en 2014. Elle a un intérêt actif dans des aspects de la culture, la santé et la maladie, ainsi que la façon dont ceux sur la marge interagirent avec le centre proverbiale. Sa recherche actuelle est dans le domaine de l'anthropologie médicale et se concentre sur les représentations et les expériences de la tuberculose dans un cadre de classe moyenne au Cap, en Afrique du Sud. Elle est particulièrement attentive à la façon dont les aspects de la guérison spirituelle en Islam sont imbriqués dans les mondes de la vie quotidienne de ses interlocuteurs de recherche. En outre, ses positons passées en tant que consultant du centre d'écriture et assistant d'enseignement de développement éducationnel, ont cultivé un intérêt tangentielle en écriture universitaire, anglais à fins académiques (EAP) et mentorat académique.

Rifqah Kahn a rejoint l'équipe en Août 2011 comme assistante de recherche et administration et apporte beaucoup d'expérience académique et professionnelle au projet. Elle a complété son baccalauréat en sciences sociales avec spécialisation en psychologie, sociologie et administration publique à l'UCT. Elle est diplômée de l'Université de Stellenbosch avec une maîtrise en anthropologie sociale en mettant l'accent sur les organisations et cultures publiques. Ses expériences couvrent les secteurs de l'éducation, du développement et des medias. Ses intérêts de recherche comprennent la représentation des femmes musulmanes dans la culture dominante, comment les identités culturelles et religieuses impactent comment les communautés choisissent de relever les défis posés par l'épidémie de VIH / sida, et de comprendre les exigences globales et locales face actuellement le secteur des ONG, et la meilleure façon de les arbitrer.